Des Ovnis sur la planète Terre

Des Ovnis sur  la planète Terre

Si au cours d'une belle soirée d'été vous êtes survolé par un étrange engin plus ou moins ellipsoïde, zigzaguant et silencieux, nimbé d'une auréole de lumière froide, ne vous inquiétez pas. Vous ne serez ni abducté ni implanté ni violé par une succube lubrique aux tentacules gélatineux.
Vous aurez juste eu la chance d'apercevoir un prototype militaire de drone furtif. Et il y en a de plus en plus. Après les Américains, tout le monde s'y met maintenant. Les Anglais, très imaginatifs. Les Allemands et les Espagnols plus conformistes. Les Français un peu fantasques. Les Russes fauchés. Les Iraniens en retard d'une guerre. Et les Chinois qui reviennent de loin mais rattrapent leur retard. La guerre de demain se fera avec un joystick. Elle ressemblera à un war game à zéro mort, du moins pour celui qui mènera la partie. Et le jour où les aliens viendront nous voir, ils seront sacrément déçus du voyage. Traverser l'immensité de la galaxie pour trouver des soucoupes comme à la maison, ça ne valait pas le dérangement. Enfoirés de Terriens ! Messieurs les Anglais tirez les premiers ! Les British sont parfois longs à démarrer. Mais quand ils sont lancés, ils n'ont plus de limites ! Taranis est le dieu de la foudre et du tonnerre dans la mythologie celte. Un nom qui va comme un gant de boxe au drone que les british sont en train de finaliser. Un look de chasseur intersidéral, guidé par satellite, capable de frapper à longue distance une cible sur n'importe quel continent. Sans être repéré par les radars ennemis. Et dans un silence mortel, vu son altitude opérationnelle. Naturellement, aucun chiffre précis n'est donné. Sinon qu'il a nécessité plus d'un million d'heures de travail, qu'il est motorisé par Rolls Royce et capable d'une vitesse de plusieurs machs. A côté, les drones "predator", "reaper" et autre "barracuda" qui ressemblaient plus ou moins à des avions futuristes il y a encore 5 ans font figure d'artéfacts antédiluviens. Plus extraordinaire encore, les stratèges anglais laissent entendre (désinformation ? Intox ?) que Taranis serait un concept drone. Juste pour expérimenter quelques idées nouvelles afin de faire mieux ensuite. Wait and see... Les Américains : toujours la démesure Les USA ont les projets encore plus ambitieux : ils veulent disposer d'un drone pouvant décoller d'une piste conventionnelle ou d'un porte-avions, capable de voler à mach 5, et de balancer jusqu'à 6 tonnes de bombes et/ou de missiles dans un rayon d'action de 15.000 Km avec encore suffisamment d'autonomie pour rentrer au bercail. Le secret qui pèse sur les drones rapides à long rayon d'action empêche de savoir exactement où ils en sont, mais la géométrie et la technologie de ces appareils semblent avoir été au départ des extrapolations du fameux bombardier furtif B 2. Avant de faire beaucoup mieux. Ne serait-ce que parce qu'en l'absence de contraintes de pilotage, on peut infliger à la machine bien plus de G qu'un humain ne supporterait Le plus ancien est le Sentinel RQ 170 fabriqué par Lockheed. Il vole au moins depuis 2002, son existence a été reconnue en 2009 après les révélations d'"Aviation Week". On le surnomme "la bête de Kandahar". Il aurait servi, entre autres, à localiser Oussama. Puis est venu le Pegasus X 74 de Northrop Grumman, destiné à l'aéronavale. Construit tout en composite, il a été conçu par l'ingénieur d'avant-garde Burt Rutan. Premier vol en 2003, officiellement abandonné en 2006. En fait, il a évolué vers un modèle encore plus extraordinaire, le X 47 B qui a tout l'air d'être sorti d'un film de S.F. Encore en phase de test, cet appareil serait très prometteur. Mais c'est comme pour les bagnoles ou les ordis, à peine lancé, le dernier modèle est déjà périmé. La nouveauté dans ce domaine : le "Phantom Ray" de Boeing en projet depuis 2008 et qui a volé pour la première fois au printemps 2011. Encore plus rapide, encore plus maniable, encore plus discret, encore meilleur tueur que ses prédécesseurs. Son ambition : être multitâches. Missiles et bombes contre usines et casernes. Mais aussi sniper du ciel pour liquider les chefs ennemis en évitant les dommages collatéraux. Les Russes, des projets crédibles ? Pendant longtemps, vu l'état déplorable de leur économie et les guerres résultant de la dissolution de leur empire, les Russes ont fait profil bas. Leurs drones avaient 30 ans de retard, ce qui est énorme dans ce domaine. Et puis, avec l'embellie économique et le renaissance de leurs ambitions, ils ont développé le projet Skat Depuis 2005, ils affirment travailler chez Mig sur une machine subsonique, avec une autonomie de l'ordre de 2.000 Km. L'originalité consisterait dans la possibilité de la piloter aussi bien à bord que depuis le sol, avion d'attaque dans le premier cas, bombardier dans le second. Mais le culte du secret hérité de l'URSS fait qu'on ne sait pas grand chose... Pour le moment, tout ce dont on est sûr, est qu'en Ossétie comme en Tchétchénie, les Russes ont utilisé des drones israéliens "Shovan" et "Eithal", des modèles à hélices, ils n'avaient rien de plus moderne en magasin.

venus 2011 2012 taranis futur futuriste avion de guerre Nouveau nouvelle machine ordinateur puce ufo extraterestre

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste