El chaco la deuxieme plus grosse meteorite au monde

argentins-el-chaco-la-deuxieme-plus-grosse-meteorite-au-monde-tombee.jpg"El Chaco" est la deuxième plus grosse météorite au monde, et elle se situe dans le nord-est de l'Argentine, au coeur des terres de peuplades d'aborigènes. Mais des artistes voudraient la déménager pour l'exposer... en Allemagne. Les défenseurs du patrimoine montent au créneau.

El Chaco n'est pas en or, ce qui ne l'empêche pas de se retrouver au coeur d'âpres bras de fer comme s'il s'agissait d'un véritable trésor. C'est en fait un gros caillou (avec un poids plus que respectable de 37 tonnes), tombé du ciel il y a 4000 ans dans le nord-est de l'Argentine, dans la province du Chaco. C'est la deuxième la plus grosse météorite au monde, et elle se trouve dans une zone appelée Campo del Cielo ("Champ du Ciel") ou Piguen Nonralta pour les aborigènes qui habitent la région, de la famille Guaycuru. La zone des cratères a une étendue de 3 km sur 20 km et contient plus d'une vingtaine d'impacts. Elle est mentionnée en Occident depuis 1576, mais est connue des aborigènes depuis bien plus longtemps.

Pour les Moquoït (ou Mocovi, en espagnol), une communauté forte de 15.000 membres, le Campo del Cielo fait partie de leur cosmogonie. Or, des artistes voudraient la présenter en Allemagne à l'occasion d'une foire d'art contemporain. La polémique a éclaté lorsque le parlement du Chaco a voté, fin 2011, le prêt de la météorite afin qu'elle puisse être exposée dans la ville allemande de Cassel, du 9 juin au 16 septembre, à l'occasion de la Foire d'art Documenta 13 - une manifestation créée par Arnold Bode, peintre et professeur, qui avait permis aux Allemands de se réconcilier avec l'art présenté par la dictature nazie comme "dégénéré". La météorite devait quitter le Chaco à la mi-février et être transportée jusqu'au port de Buenos Aires, situé à 1000 km, avant de traverser l'Atlantique et de rejoindre par terre Cassel.

Une formidable publicité pour la province

Les artistes à l'origine de tout ce remue-ménage sont Guillermo Faivovich, né à Buenos Aires en 1977, et Nicolas Goldberg, né à Paris en 1978 : tous deux ont mené depuis 2006 une enquête appelée "Guide pour le Campo del Cielo" sur l'impact culturel des météorites. En 2010, ils ont présenté à Portikus, à Francfort-sur-le-Main, l'oeuvre Météorite El Taco, rassemblant les deux moitiés d'une météorite de près de 2 tonnes découverte en 1962 par une expédition argentino-américaine, qui avait décidé de se partager la trouvaille. Ces deux artistes voudraient maintenant faire de El Chaco la pièce centrale de Documenta 13, invitant les visiteurs à une réflexion sur l'origine et le destin de l'humanité.

Face à cette menace sur la météorite, une cinquantaine d'astronomes et anthropologues argentins ont aussitôt pris la défense des aborigènes. "Nous nous opposons énergiquement à ce projet qui porte atteinte aux droits des aborigènes du Chaco", disent-ils dans un texte qui circule sur les réseaux sociaux. "Hors de sa zone, cette météorite n'a pas de contexte, ni culturel ni géographique". "La météorite El Chaco ne quittera pas le Chaco", tranche pour sa part Jorge Castillo, président de la Fondation Environnement Total, et membre de la Commission du Patrimoine culturel et naturel du Chaco. "Documenta a elle-même pris cette décision et l'a communiquée au gouvernement de la province, le 16 janvier, dès qu'elle a appris qu'un groupe de citoyens s'opposaient à ce projet avec des arguments solides". Au gouvernement provincial du Chaco, en revanche, c'est le désarroi. Car ce projet était vu comme une formidable publicité pour la province...

Ce caillou vieux 4000 ans affole les Argentins Campo del Cielo Occident Mocovi espagnol membres commantaire manifestation espace patrimoine Atlantique

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Delta electric international grossiste fourniseur distributeur