l'élection de la présidence du dimanche 6 mai 2012

francois-hollande-et-nicolas-sarkozy-photographies-dimanche-6-mai-2012.jpgAprès une campagne longue et rude, les Français sont appelés dimanche à départager Nicolas Sarkozy et François Hollande. Le premier rêve de créer la surprise, le second de redonner à la gauche la présidence de la République, un éventuel succès qu'il a comparé à mai 1981.

 

La France retient son souffle. Dimanche à 20 heures, elle connaîtra le nom de l'homme qui présidera le pays jusqu'en 2017. A en croire tous les sondages publiés jusqu'à vendredi, François Hollande semble le favori de cette élection présidentielle face au sortant Nicolas Sarkozy dont la cote de popularité reste toujours très moyenne. Mais ces derniers jours, tous les instituts de sondage ont noté un resserrement de l'écart entre les deux hommes (52-53% en moyenne pour François Hollande contre 54-55% la semaine dernière). Traditionnellement, à l'approche du scrutin, les deux camps se ressoudent dans un traditionnel clivage droite-gauche, au delà des personnalités des candidats. Mais pour cette présidentielle, les clés du résultat sont surtout du côté de la participation et bien sûr des reports de voix des électeurs au premier tour de Marine Le Pen et François Bayrou
 
La participation au scrutin pourrait être élevée, voisine de celle du 22 avril, soit un taux important autour de 80%. "Il n'y a pas de dynamique d'un surcroît de mobilisation", expliquait en fin de semaine Brice Teinturier, de l'institut Ipsos. L'institut TNS Sofres - Sopra Group, partenaire de TF1 pour cette présidentielle, notait elle, une hausse de 1 point (81%). Pour Opinion Way, la participation pourrait même être de 82 ou 83%. A qui bénéficie généralement un surcroît de participation ?  Les politologues sont partagés et s'accordent à dire la difficulté d'édicter des comportements électoraux généraux. Les candidats semblent se répartir équitablement une hausse du nombre de votants ? 
 
Les reports, la clé du vote
 
Le premier tour avait produit un rapport de force très déséquilibré, avec une avance de 13 points de la gauche sur la droite parlementaire. Mais la droite a un avantage de quatre points si on y ajoute le vote pour Marine Le Pen. Que vont faire donc les plus de 6 millions d'électeurs du FN en ce dimanche ? Leur candidate a affirmé qu'elle voterait blanc, renvoyant l'UMP et le PS dans le même système en échec. Mais selon les sondeurs, un électeur de Marine Le Pen sur deux voterait Nicolas Sarkozy dimanche contre "entre 7% et 18%" pour le candidat PS. C'est dans ces reports que se situe l'une des principales clés du pari qu'a fait le président-candidat durant ces trois mois de campagne sans complexe. 
 
De son côté, l'électorat de François Bayrou se diviserait lui en trois tiers (pro-Sarkozy surtout, pro-Hollande, abstention ou vote blanc). En revanche, de 75 à 85% des pro-Mélenchon voteraient Hollande. L'impact sur ses électeurs de la décision de François Bayrou de voter Hollande, sans  toutefois donner de consigne de vote, sera aussi l'un des facteurs de ces fluctuations de dernière minute. "L'effet peut exister" mais "depuis longtemps, les électeurs se sont autonomisés", affirme Brice Teinturier. 
 
Quel que soit le nom du président dimanche soir à 20 heures, il sortira un nouveau paysage politique pour la France de cette campagne 2012. Implantation du parti de Marine Le Pen dans de nouveaux départements, débats à droite sur la ligne future de l'UMP et renaissance d'une gauche radicale, voilà notamment quelques sujets qui domineront sans nul doute la campagne des législatives de juin

Le France info gagnant Marine hollande francois Vidéo francais nicolas sarkozy derniere TF1 live Pen republique replay présidence 2017 20h

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Delta electric international grossiste fourniseur distributeur