Le dossier Bugaled Breizh relancé

Le dossier Bugaled Breizh relancé

Le fils de l'un des cinq marins tués dans le naufrage toujours inexpliqué du Bugaled Breizh, le 15 janvier 2004, réclame la mise en examen du commandant du sous-marin nucléaire d'attaque britannique Turbulent. Il cite le témoignage d'un "informateur" anonyme.
Alors que le naufrage du chalutier reste toujours officiellement inexpliqué, le fils d'un marin du Bugaled Breizh, disparu le 15 janvier 2004 au large des côtes britanniques avec ses cinq hommes d'équipage, réclame la mise en examen pour "homicide involontaire" du commandant d'un sous-marin britannique, soupçonné d'être à l'origine du drame. Thierry Lemétayer, dont le père était le mécanicien du chalutier, met en avant des "indices graves et concordants" qui permettraient, selon lui, la mise en examen d'Andrew Coles pour homicide involontaire, selon une note de son avocat, Dominique Tricaud Le chalutier breton avait été retrouvé par environ 80 mètres de fond avec, déroulés côté bâbord, 140 mètres de câble supplémentaire. L'enquête administrative du BEA Mer avait conclu, sans réserve fin 2006, à l'accident de mer dû à une "accumulation d'un certain nombre de facteurs" consécutifs à "l'enfouissement ou à la croche du train de pêche dans le sable". Les juges d'instruction de Quimper en charge de l'affaire avant le transfert du dossier vers la juridiction nantaise avaient, eux, affirmé que la responsabilité d'un sous-marin dans le naufrage était "hautement probable", appuyant ainsi la thèse toujours défendue par les parties civiles et le monde de la pêche. Où était le Turbulent ? Désormais, le dossier rebondit : après son audition par l'un des deux nouveaux juges d'instruction en charge de l'enquête, Thierry Lemétayer a fait état de ses soupçons devant des journalistes. "Un témoin français, désirant garder l'anonymat pour le moment, m'a dit avoir rencontré récemment le commandant", a-t-il déclaré. "Celui-ci lui a affirmé que son sous-marin, le Turbulent, avait accroché les câbles du chalut du Bugaled Breizh et qu'il l'avait fait couler à très grande vitesse", a-t-il ajouté. Les confidences du commandant seraient survenues après l'échouage du sous-marin nucléaire d'attaque L'Astute sur une plage d'Ecosse le 23 octobre 2010, un bâtiment que commandait également le militaire britannique. Il a également appelé à témoigner les membres d'équipage du Turbulent, dont le nombre est estimé entre 80 et 100 personnes, sans grande conviction toutefois. Selon l'avocat de Thierry Lemétayer, d'autres éléments accréditent la thèse d'un accrochage du chalutier par le sous-marin britannique. "On sait aujourd'hui, grâce à un certain nombre de documents déclassifiés, que le Turbulent était en mer le 15 janvier 2004 pour infiltrer secrètement un exercice naval", a déclaré Me Dominique Tricaud. Or, le commandant du sous-marin a affirmé qu'il se trouvait à quai ce jour-là pour réparer une avarie, a-t-il souligné. L'avocat espère une réponse des juges d'instruction à sa demande de mise en examen du commandant "avant la fin du mois de septembre". Il a également demandé aux magistrats une confrontation de l'intéressé avec des experts et le commandant d'un sous-marin néerlandais qui se trouvait à proximité

mystérieux témoin muriel corre naufrage bateau titan Titanic marins commandant sous-marin nucléaire chalutier

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste