Un train de marchandises attaqué à Marseille

Un train de marchandises attaqué à Marseille

Jeudi soir, un groupe de jeunes s'en est pris à un TER en jetant des objets sur les voies dans les quartiers Nord de Marseille. Objectif : dévaliser un convoi de marchandises.

Une scène digne du Far West. Jeudi soir, un groupe de jeunes d'une vingtaine de personnes s'en est pris à un TER en jetant des objets sur les voies dans les quartiers Nord de Marseille dans le but de dévaliser un convoi de marchandises. Les faits se sont déroulés vers 21 heures. Le TER concerné reliait Marseille à Miramas via la Côte Bleue. "Rapidement après son départ, le train a heurté un caddie qui avait été posé sur la voie. Il a été complètement endommagé et n'était plus en mesure de pouvoir repartir. Immédiatement, les forces de police ont été avisées. Arrivées sur place, elles n'ont pu appréhender aucun individu, a relaté la SNCF. Certains passagers auraient vu des individus cagoulés le long des voies, mais ceux-ci avaient manifestement autre chose en tête", ces voies étant également utilisées pour le fret. L'agression s'est produite à hauteur de la cité sensible du Ruisseau Mirabeau, dans le 15e arrondissement. Outre des chariots de supermarchés, des poutres métalliques ont été placées sur le trajet du convoi de passagers qui, en s'arrêtant, a bloqué un train de marchandises. C'est ce second convoi qui était en fait visé puisque plusieurs wagons ont été ouverts et des cartons dérobés. Le préjudice exact devrait être déterminé en cours de matinée. "Des attaques d'un autre âge" Les 26 voyageurs ont dû cheminer le long des voies sur 500 mètres jusqu'à un passage à niveau où ils ont été pris en charge par des taxis, une opération qui a duré une heure et demie. "On est sur un événement exceptionnel. Il y avait une intention manifeste de nuire. Cela aurait pu avoir des conséquences bien plus graves puisque là les passagers et le conducteur n'ont pas été blessés", a expliqué un porte-parole de la SNCF précisant que la compagnie allait "vraisemblablement porter plainte". Selon un représentant du syndicat de police Alliance, David-Olivier Reverdy, "on croyait ces attaques d'un autre âge désormais révolues après la mise en place de mesures de sécurité". "C'est presque le retour au temps des diligences attaquées", a-t-il déclaré à l'AFP. Des retards de près de trois heures ont été enregistrés sur cette partie du trafic ferroviaire de marchandises, d'après la source proche de l'enquête. En revanche, l'incident n'a pas eu de conséquence sur la circulation d'autres trains de voyageurs.

voleur féte bandit groupe jeune devaliser convoi marchandises

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste