la Famille disparue à Nantes 5 corps découverts dans la maison

 

 

La disparition inquiétante d'une famille nombreuse apparemment sans histoire a débouché jeudi sur une découverte macabre dans le jardin de la maison familiale à Nantes. Les fouilles menées sur place ont permis d'exhumer quatre corps sous la terrasse, "probablement" ceux de la mère Agnès, 49 ans, des deux fils aînés, Arthur et Thomas et de la fille Anne, 16 ans, selon le procureur à Nantes. Les autopsies qui permettront d'identifier formellement les victimes et de confirmer que les décès ont été provoqué par une arme à feu sont prévues vendredi, selon la même source. Manquent encore le père Xavier, 50 ans et le plus jeune des fils, Benoît, 13 ans. Les enquêteurs pensent trouver un cinquième corps sur place : alors qu'une forme semble "enterrée dans la même fosse" dans le jardin, selon le procureur. Les cadavres des deux chiens du couple ont été également découverts Après un signalement pour disparition inquiétante, l'enquête a basculé jeudi matin "sur une qualification criminelle de séquestration et d'assassinat", comme l'a raconté le procureur à Nantes Xavier Ronsin. Alors que les enquêteurs lançaient un appel à témoin "pour trouver tout indice, tout témoignage utile ou toute preuve de vie", les fouilles menées derrière une grande bâche sur un boulevard très passant de Nantes ont en effet permis de découvrir un reste de jambe sous la terrasse, puis un premier corps. Messages "délirants et contradictoires" La famille, qui n'avait jamais fait parler d'elle avant le signalement de sa disparition inexpliquée le 4 avril, comprend quatre enfants âgés de 13, 16, 18 et 21 ans, le père âgé de 50 ans et la mère, 49 ans. Aucune trace de lutte ou de violence n'a pour le moment été constatée au domicile où toutes les armoires avaient été vidées, selon le procureur qui s'est rendu sur les lieux. Aucune trace n'a pu être trouvée non plus dans les gares ou les aéroports, aucun mouvement bancaire ou de connexion internet observé. Avant de disparaître, les parents ont laissé des messages "délirants et contradictoires", expliquant notamment pour justifier la déscolarisation des enfants, qu'elle émigrait en Australie, a indiqué le procureur. A certains proches, "Monsieur a expliqué qu'il était agent secret et qu'il partait dans le cadre d'un programme de protection des témoins", a-t-il dit. Selon des sources proches de l'enquête, le père travaillait comme commercial et vendait des espaces publicitaires et la mère, qui enseignait le catéchisme, était surveillante dans un établissement scolaire. Les voisins décrivent cette famille comme des gens ordinaires et sans histoire, selon les témoignages recueillis par l'AFP sur place. Non loin de la maison est garée une Golf noire appartenant, selon des voisins, à la mère de famille. Dans le pollen qui s'est déposé sur le véhicule ont été tracés à la main les mots suivants : "T'avais pas le droit. Tu nous manques. PK".

info News actualité mort assasin meurtre 2011 femme enfants garcon fille morte maison 2012 tué pére recherche apel a témoin Xavier Dupont de Ligonnès l'exhumation cinq corps drame cadavres enquêteurs l'enquête retrouvé condanné

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

JEAN-PIERRE ROUX
  • 1. JEAN-PIERRE ROUX | 12/05/2011

j'espère qui vont le trouvé ce salopar il mérite de mourir

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste