Que pensez vous du Crash de l'avion a330 de Rio-Paris

Que pensez vous du Crash de l'avion a330 de Rio-Paris

Les familles brésiliennes des victimes du vol Air France, qui disent "n'avoir pas confiance" dans le BEA, veulent une présence du Brésil lors des opérations de repêchage de l'épave et des corps des victimes, après la découverte d'une bonne partie de la carlingue de l'appareil. Après quasiment deux ans de recherches infructueuses, le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), chargé de l'enquête technique sur le drame du vol Rio-Paris, a annoncé dimanche dernier avoir localisé les débris de l'appareil par 3900 mètres de profondeur. Les autorités françaises prévoient maintenant d'engager une délicate opération de repêchage de l'épave et des corps des victimes d'ici un mois. Les causes de la catastrophe, qui a fait 228 morts le 1er juin 2009, ne sont pas encore déterminées. Le BEA espère retrouver les boîtes noires de l'appareil d'Air France parmi les débris, car seuls ces enregistreurs de paramètres du vol pourraient permettre de comprendre la tragédie. Mais les familles brésiliennes des victimes du vol se méfient de ces recherches engagées sous l'égide de la France et ont demandé vendredi au gouvernement brésilien d'assister aux opérations de repêchage des corps et des débris de l'avion. "Le ministre de la Défense, Nelson Jobim, a assuré que l'Etat brésilien sera présent. Il entrera en contact avec le ministère des Affaires étrangères qui contactera le gouvernement français", a indiqué le président de l'Association des victimes brésiliennes, Nelson Faria Marinho. Le président de l'Association a affirmé "n'avoir pas confiance" dans le BEA qui, selon lui, a diffusé de nombreuses informations contradictoires et ne les a pas tenus informés. Un robot pour explorer les grands fonds Ce contexte de méfiance (une méfiance également ressentie du côté des proches des victimes françaises) s'ajoute aux difficultés techniques d'une opération qui s'annonce complexe. Les débris découverts se situant par plusieurs milliers de mètres de fond, cette opération de repêchage devrait mobiliser un équipement de haute technologie. Le navire Ile de Sein, de la société Alcatel-Lucent Submarine Networks, devrait notamment y prendre part. Actuellement aux Canaries, ce navire est doté d'équipements spéciaux destinés à la pose de câbles par 6000 mètres de profondeur. Il est équipé d'un robot sous-marin téléguidé, un "ROV" (remotely operated vehicle), de la société américaine Phoenix International, permettant lui aussi d'intervenir dans les grands fonds. Difficile sur le plan technique, l'opération s'annonce aussi coûteuse : elle devrait nécessiter à elle seule plusieurs millions d'euros, pris en charge par l'Etat français. A titre d'exemple, les recherches lancées le 25 mars dans l'Atlantique sud pour retrouver l'épave disparue, après trois campagnes infructueuses, ont déjà coûté 21,6 millions d'euros.

air France Atlantique A380 jet privé victimes brasil familles News info épave boite noire enquêtes recherche bea Boeing 747 NTSB

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

david goubert
  • 1. david goubert | 11/04/2011
Et maintenant qu'ils ont localisé l'épave, il faudra attendre encore des mois avant qu'ils remontent les éléments essentiels comme les boites noires. Et quand finalement ces fameuses boites noires seront récupérées, ils diront qu'elles se seront tellement dégradées que leurs données sont inexploitables

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste