Les Mystères de L'Île de Pâques

Les Mystères de L'Île de Pâques

L'île de Pâques est probablement le lieu le plus isolé du monde. Elle se situe dans l'Océan Pacifique à 3700 kilomètres de Santiago du Chili ( le pays dont elle dépend ) et à 4300 Kms de Tahiti. La terre la plus proche est Pitcairn située à 2000 Kms d'elle. Ses coordonnées précises sont 109° de la latitude Ouest et 27° de longitude Sud.

Elle prit son nom lors de sa découverte par l'explorateur hollandais : l'Amiral Jacob ROGGERCEN qui l'aperçu le soir du dimanche de Pâques le 5 avril 1722. Il la nomme PAASCH EYLANDT, littéralement : « Île de Pâques ». L'île est constituée d'une terre aride, dénudée, desséchée par le vent qui empêche la végétation de pousser sur un sol fertile. L'histoire de l'île de Pâques ( Rapa Nui ) On suppose que l'arrivée des premiers hommes sur l'île se fit vers l'an 500 . Ces premiers découvreurs seraient venus d'Indonésie et des îles environnantes, à bord de frêles embarcations. Rapa Nui aurait, selon les légendes, été d'abord découverte par les sept fils d'un roi vaincu, Hotu Matua, à la recherche d'une nouvelle terre. Bien que le petit bout de terre fut continuellement battu par les vents et les tempêtes, la civilisation s'y développa, basée sur la pêche. Divisée en une douzaine de tribus souvent en guerre, l'île vit se dresser les premiers Moaïs (vers 1300), signe de la puissance des tribus, qui possédaient toutes un accès a la mer. Les affrontements tribaux détruisirent de nombreuses statues et tuèrent de nombreux habitants, ayant pour seul avantage d'éviter la surpopulation. On trouvait alors sur l'île deux peuples, confondus parmi les tribus : les "longues oreilles" et les "petites oreilles". Ces derniers, les esclaves, taillaient des statues de bois. Vers 1500 après J-C, la population atteignait les 10000 habitants, l'île était surpeuplée. Suite à une grande révolte ( située vers 1680 ), les petites oreilles tuèrent tous les hommes assimilés aux longues oreilles. Selon la légende, il ne laissèrent en vie qu'un seul de ces maîtres. C'est là que la plupart des moaïs furent renversés. Comme souvent, le peuple longtemps opprimé essaie d'effacer toute trace de la présence de l'ancien pouvoir. Il semblerait que le cannibalisme était très répandu sur l'île et cela pendant une grande partie de l'histoire. Mais contrairement aux autres lieux du globe où cette pratique avaient lieu, ici ce n'était pas à cause de rites religieux ou bien de quelconques croyances. La principale fonction ici était de se procurer de la nourriture ( les animaux étaient très peu nombreux ). La population par la suite commence à baisser progressivement à cause des différents changements écologiques de l'île, notamment à cause de la surpopulation. Le mystère des statues (moaïs). Il y a environ 300 moaïs sur l'île de Pâques, mais ce chiffre peut varier considérablement en fonction des différentes études ( entre ceux à terre, ceux qui ne sont pas finis, les brisés et ceux qui sont enterrés ). En effet, bon nombre d'entre eux ont été mis à terre lors des multiples guerres tribales qui ont jalonné l'histoire mouvementée de cette petite île balayée par les vents et les flots. La matière première de ces gigantesques statues qui recouvrent l'île est avant tout le basalte qui provient du volcan Rano Raraku ( dont le cratère est aujourd'hui envahit par les joncs ). Les Moaïs bien qu'étant en basalte pour l'essentiel, on peut noter que leurs yeux étaient fais d'os ( de requins ou parfois d'autres vertébrés ), et les pupilles étaient faites par une incrustation de corail ou d'obsidienne. Ils étaient taillés à l'aide de hache «Toki», des haches grossièrement taillées et polies dans du basalte ou en éclats d'obsidienne. Leur taille se situe en général entre 4 et 8 mètres, certaines allant jusqu'à une dizaine ( notamment une située sur la côte Nord de l'Ahu Te Pito Te Kura ). Ils portaient tous lors de leur édification un Pu Kao ( la coiffe qu'ils portent au sommet de leur tête ), on peut traduire cela par le terme «chignon». Il pèse en général 1,5 tonnes. Cette coiffe n'était pas taillée dans le même volcan, c'est une pierre rouge provenant de la face ouest de l'Ile ( ils étaient taillés sur place puis transportés. Elle a la forme d'un chapeau cylindique terminé par un bouton. Quelle(s) était(ent) leur(s)fonction(s) ? La ou les fonctions comme tout ce qui touche aux Moaïs reste(nt) mystèrieuse(s). --Certains y voient des fonctions religieuses : des statues dressées en l'honneur de dieux, idoles gigantesques dédiées à la prière et à l'adoration. --Ces statues étaient peut-être là dans le but de protéger ces habitants ( des guerres, d'étrangers, d'esprits malfaisants, du climat? toutes les hypothèses qui iraient dans le sens de la protection sont possibles ). Seraient ils là pour veiller sur l'île. Ou bien seraient ce des monuments dressés en l'honneur des morts. Ce qui est important de savoir à leur sujet, c'est qu'ils sont tous tournés vers l'intérieur de l'île ( le dos face à la mer ). Il existe une exception, c'est le Ahu Akivi, c'est un alignement de 7 Moaïs qui regardent en direction de la mer. Sinon leur regard se dirige toujours vers le ciel, on les surnomme régulièrement par «ceux qui regardent les étoiles». Ce qui à posé bon nombres de questions, c'est aussi leur physique. Ils n'ont pas de caractéristiques physiques des Polynésiens. Ils ont des nez aquilins, des lèvres fines, des fronts hauts et de la barbe. C'est pour cela que beaucoup pense que l'île à subit deux vagues de migrations ( l'une venant de polynésie et l'autre d'Amérique du Sud probablement du Pérou ). Que leur est il arrivé au cours des siècles ? Depuis leurs créations, les moaïs ont subis des dommages ou des modifications. En effet, après la plus violente des guerres tribales ( celles où les «courtes oreilles» ou anéanties les «longues oreilles» ), la plupart des statues ont été abattues, mais pas forcément tout de suite. En effet, au fur et à mesure des premières explorations de l'île ( celles du XIX eme siècle ), les européens se sont aperçus qu'il y avait de moins en moins de moaïs debout. Il est probable que puisque c'étaient les Longues Oreilles qui faisaient sculpter les statues, les nouveaux patrons de l'île se soient désintéressés des statues. Ils ont perdus leur yeux ( les os qui servaient a cet effet ) ont subis les dommages du temps. Bon nombre ont aussi perdu leur Pu Kao ( la coiffe qu'ils portent au sommet de leur tête ), on peut traduire cela par le terme «chignon». Aujourd'hui encore, il reste des dizaines de statues dans la carrière qui n'ont pas été achevé ( jusqu'à 300 selon certaines estimations ) .On en trouve à tous les stades de la construction : à peine démarrées, bien entamées et même certaines quasiment prête à partir. Notamment le plus grand de tous qui n'a jamais été achevé : il mesure plus de 24 mètres, elle aurait pesé entre 135 et 150 tonnes. Ces statues non finies attestent d'un arrêt soudain de leur fabrication ( lié sans aucun doute au massacre des «Longues Oreilles» ). La Légende de l'Homme-Oiseau Tous les printemps, la plus grande fête de l'année avait lieu. C'était une compétition où chaque participant doit s'emparer d'un oeuf. Elle est précédée d'une cérémonie religieuse consacrée au culte de l'Homme-Oiseau. C'est la fête de «Tangata Manu». L'objectif de cette fête est de désigner un second roi sur l'île pour un an. Le concurrent ( une personne influente ) est représentée par un serviteur ( le Hopu ). Celui ci se dirige avec les autres concurrents à la falaise d'Orongo et se rend vers l'île de l'Homme Oiseau qui est la plus éloignée ( environ à 2 Kilomètres de la côte ). Ils doivent ramener le premier oeuf de sterne ( des hirondelles de mer ou Manutara dans le language local ) pondu sur l'îlot de Moto Nui. Il faut pour cela, grimper une falaise à pic de 180 mètres et ramener l'oeuf sur sa tête sans évidemment le briser. Pendant la compétition, la population observe sur la pente en face de l'îlot pour attendre le vainqueur et bien veiller au respect des règles. Le site d'Orongo était situé sur la partie de la crête du cratère du Rano Kao qui surplombe les hautes falaises noires où se trouve un village avec des maisons en forme de pirogue faites de pierres. Celui qui ramène l'oeuf à son maître, prend alors le nom d'Homme-Oiseau ( ou dans la langue locale le Tangata manu ); il incarne sur Terre le Dieu Maké Maké : le créateur de l'univers. Le maître gagnait un pouvoir considérable pour une année : il devenait le second roi de l'île ou obtenait un titre de chef militaire ( quand on sait que les tribus se bataillaient régulièrement, on peut mieux percevoir l'importance de cet homme ). (représentation de l'homme oiseau) Cette compétition dura jusqu'à la fin du XIX eme siècle, elle finira par disparaître du fait de la présence de très peu de pascuans d'origine au fil des années, les traditions se perdant. Après la fête, le guerrier qui rapporte l'oeuf se fera raser le crâne et devra séjourner pendant un an ( jusqu'à la prochaine célébration ) dans une grotte. Très peu de personnes ont le droit de le voir et ses repas sont préparés par les quelques personnes habilitées à le faire ( essentiellement des prêtres ). Il était soumis à de sévères interdits du fait de son caractère sacré. L'Oeuf centre du monde Au Nord-Est de l'île, dans la baie de Hanga Hoonu ( Baie Lapérouse ), on trouve à côté du plus grand moaï ( une douzaine de mètres, mais il a été mis à terre ), une petite pierre ronde. On n'a pu réussir à déterminer depuis combien de temps cette pierre est là, ni si ce sont les vents et la mer qui l'ont ainsi façonnée naturellement ou bien si cette pierre a été sculptée par l'homme. Enfin pour les pascuans, cette pierre dans leur culture représente le centre du monde ( étrange car elle ne se situe pas du tout au centre de l'île ). Il semblerait que par le passé, les pascuans accordaient réellement une valeur très importante à cette pierre. Un culte lui était probablement dédié.

paranormal Mystères Enigmes histoires peuples mythes légendes cultures photos histoire

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste