Affaire Richard Roman

Affaire Richard Roman

Richard Roman, ingénieur agronome né le 15 décembre 1959 à Ambilly (Haute-Savoie) et mort le 23 juin 2008 à Annecy (Haute-Savoie), est le personnage principal d'une affaire judiciaire qui s'est déroulée à La Motte-du-Caire dans les Alpes-de-Haute-Provence

Les faits Le mardi 26 juillet 1988, la petite Céline Jourdan, âgée de 7 ans, est retrouvée sans vie à proximité de La Motte-du-Caire, ayant subi des violences sexuelles. Richard Roman, âgé de 29 ans au moment des faits, surnommé « l'Indien » en raison de son mode de vie atypique, et Didier Gentil, ouvrier agricole surnommé « le tatoué », sont rapidement suspectés. Richard Roman avoue le meurtre après quatre heures de garde à vue avant de se rétracter dix-huit heures plus tard devant le juge d'instruction de Digne, invoquant alors, les « pressions » insupportables des gendarmes qui l'avaient interrogé. De son côté, Didier Gentil persista à l'accuser. Une tentative de reconstitution des faits le 16 juin 1989 dans les rues de la Motte-du-Caire provoque une émeute en raison de l'émotion extrême suscitée par cette affaire. Le 22 octobre 1990, le juge d'instruction Yves Bonnet rend une ordonnance de non-lieu en faveur de Richard Roman, alors que l'opinion publique semblait à l'époque majoritairement persuadée de sa culpabilité. Le procès Le procès s'ouvre le 30 novembre 1992 devant la cour d'assises de l'Isère. Lors du procès, Didier Gentil assume seul le crime et demande pardon à Richard Roman. Le procureur de la république demande l'acquittement de Roman. Didier Gentil est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sureté de 28 ans, et Richard Roman est acquitté le 17 décembre 1992 après plusieurs années de détention provisoire. Trois semaines de procès et de tensions ont donc abouti à son acquittement et à l'incarcération de Didier Gentil, condamné à perpétuité. La fin Richard Roman, libéré, fera plusieurs séjours en hôpitaux psychiatriques. Le reste du temps, il traînait dans les rues d'Annecy où il « vivotait » et était bien connu des services sociaux et de police. Toxicomane, marginal, les médicaments et les drogues qu'il consommait avaient fini par sérieusement endommager son état de santé. Il est retrouvé mort à son domicile le 23 juin 2008. L'autopsie ordonnée par le parquet d'Annecy démontre que le décès est dû à l'absorption d'un cocktail de médicaments et de stupéfiants. L'enquête écartera l'hypothèse d'un suicide[2] pour conclure à une mort accidentelle "sans qu'on puisse parler d'overdose.

celine Jourdan Didier Gentil Ambilly haute Savoie Alpes de Provence viol disparu fille petite histoire faits diverts indien enquetes criminelles

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Delta electric international grossiste fourniseur distributeur