Perquisitions chez Sarkozy pour l'affaire Bettencourt

perquisitions-chez-sarkozy-pour-l-affaire-bettencourt.gifLe domicile et le bureau de Nicolas Sarkozy à Paris ont été perquisitionnés mardi par un juge chargé de l'affaire Bettencourt. Le juge Gentil s'intéresse à un éventuel financement politique illicite de la campagne présidentielle de 2007

"Le juge d'instruction Jean-Michel Gentil, saisi pour abus de faiblesse et financement illicite de campagne électorale, enquête sur d'éventuelles remises de fonds par Liliane Bettencourt à Nicolas Sarkozy", écrit notamment le Monde. "La justice s'intéresse au financement de la campagne électorale de 2007", complète France Inter. L'agenda original de Sarkozy Ces opérations ont été menées en l'absence de M. Sarkozy, "parti (lundi) en famille au Canada", a indiqué son avocat Me Thierry Herzog. Selon les informations de LCI, le juge Gentil a appelé Nicolas Sarkozy sur son portable à 6h30 mardi matin pour l'informer qu'il devait perquisitionner chez lui alors qu'il se trouvait déjà à son domicile. Il était à ce moment là 1h30 du matin au Canada. "Ces perquisitions, alors qu'avaient été envoyés à ce magistrat, depuis 15 jours, tous les éléments nécessaires, se révèleront être, ce qu'on peut en attendre, des actes inutiles", selon l'avocat. Et d'expliquer avoir envoyé le 15 juin "les extraits certifiés conformes de l'agenda de M. Nicolas Sarkozy pour l'année 2007". Selon LCI, le juge a récupéré l'agenda original de Nicolas Sarkozy chez l'huissier.
Plusieurs personnes mises en examen Ces documents démontrent selon lui "l'impossibilité absolue de prétendus 'rendez-vous secrets' avec Mme Liliane Bettencourt", selon Me Herzog. L'avocat précise avoir, dans ce courrier, informé le juge Gentil "que la totalité des déplacements et des lieux, où s'était rendu M. Nicolas Sarkozy durant l'année 2007, l'avait été sous le contrôle des fonctionnaires de police chargés d'assurer sa sécurité". Il explique avoir de nouveau écrit au magistrat ce mardi pour lui donner l'identité de ces policiers, "afin qu'ils puissent certifier qu'il n'y a eu qu'un seul rendez-vous le 24 février 2007, à son domicile, avec M. André Bettencourt", époux défunt de Liliane Bettencourt. Le juge Jean-Michel Gentil a mis en examen plusieurs personnes, dont l'ex-gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt. Le juge pourrait entendre prochainement Nicolas Sarkozy lui-même sur le financement de sa campagne présidentielle de 2007, son immunité en tant que président de la République ayant expiré le 15 juin au soir.

La juge Prévost-Desprez en examen en marge du dossier

La magistrate Isabelle Prévost-Desprez a été mise en examen pour violation du secret professionnel par un juge de Bordeaux en marge des enquêtes visant la fortune de l'héritière de L'Oréal, Liliane Bettencourt, a annoncé mardi le parquet de Bordeaux. La vice-présidente du tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) est soupçonnée d'avoir informé des journalistes d'une  perquisition chez la milliardaire en 2010, dans le cadre d'une première enquête pour abus de faiblesse. Elle avait été entendue lundi par le juge Philippe Darphin, qui lui avait dans un premier temps accordé le statut de témoin assisté. Le parquet, qui fait état "d'indices de transmission à des tiers d'informations issues d'une procédure pénale", souligne "qu'Isabelle Prévost-Desprez bénéficie de la présomption d'innocence".

l'huissier scoop Liliane Bettencourt juge domicile police gendarmerie Herzog Jean Michel Gentil fortune

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Delta electric international grossiste fourniseur distributeur