Des jumelles nées après congélation ultra-rapide d'embryons

Des jumelles nées après congélation ultra-rapide d'embryons

C'est une avancée notable dans l'assistance médicale à la procréation. Deux jumelles sont nées le 8 août dernier en région parisienne grâce à une technique de congélation ultra-rapide des embryons. Cette méthode améliore considérablement les chances de survie des embryons congelés

C'est une première en France. Deux jumelles sont nées le 8 août dernier grâce à la technique de congélation ultra-rapide d'embryon dite "vitrification embryonnaire". Cette prouesse a été réalisée à l'hôpital Jean Verdier en Seine-Saint Denis. "Les petites filles se portent bien et sont rentrées avec leur mère à la maison", a annoncé mercredi le Dr Christophe Sifer, responsable de l'Unité de biologie de la reproduction de l'hôpital. Le médecin fait état de 28 grossesses en cours dans son service grâce à cette méthode."C'est un vrai progrès pour la prise en charge des couples infertiles", ajoute-t-il. Des embryons beaucoup plus résistants Possible en France depuis la fin de l'année 2010, la vitrification embryonnaire, technique de congélation ultra-rapide des embryons obtenus après fécondation in vitro (FIV) permet d'améliorer les résultats par la congélation lente, seule disponible en France jusqu'alors. "La vitrification permet une augmentation considérable de la survie des embryons congelés avec quasiment 100% des embryons qui résistent au procédé et sont intacts, et donc utilisables, une fois décongelés", assure ce spécialiste. Après la congélation lente, technique classique aujourd'hui en France, un embryon sur deux est intact en moyenne après décongélation, mais il arrive qu'aucun ne le soit, précise-t-il. Ainsi au centre d'AMP (Assistance médicale à la procréation) d'Eylau-Muette à Paris, où la vitrification est également développée depuis mai dernier. la gynécologue Silvia Alvarez, annonce des "taux de survie des embryons de 84% après vitrification, contre 71% avec la congélation classique". Pour le professeur François Olivennes, gynécologue-obstétricien, la méthode deviendra très intéressante, si les résultats dépassant 90% de survie des embryons se confirment. Une méthode qui demande du temps mais efficace Seul bémol d'après le praticien, le temps demandé par la vitrification. "Cette méthode prend du temps : elle est réalisée de façon individuelle, manuelle par une technicienne, alors que la congélation classique est faite par des automates", explique-t-il. Mais le Dr Christophe Sifer contrebalance cet inconvénient par "l'excellente qualité" des embryons qui, d'une part, rassure les couples, et par ailleurs, permet de n'implanter qu'un seul embryon et d'éviter des grossesses multiples tout en conservant les autres. La technique de vitrification embryonnaire, déjà utilisée dans d'autres pays, notamment au Japon, a connu un essor dans les années 2000. En France, l'Agence de la Biomédecine l'a autorisée en considérant qu'il s'agit d'une simple amélioration technique dans le cadre de l'Assistance médicale à la procréation, relève le praticien.

accouchement 2011 jumelles Christophe Sifer grossesses in vitro FIV l'Assistance medicale Silvia Alvarez France praticien congelateur

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Delta electric international grossiste fourniseur distributeur