Les stations-services les moins chères

Les stations-services les moins chères

C'est le conseil donné par Frédéric Lefebvre aux automobilistes partant en vacances : il les incite à choisir les stations-services les moins chères en s'informant sur le site du gouvernement. A la clé : des différences de prix allant jusqu'à 15 centimes à quelques kilomètres de distance
En pleine période de départs en vacances, la remontée du prix des carburants fait polémique. Elle s'est amorcée dès la première semaine de juillet. Et ce, malgré les mises en garde gouvernementales aux groupes pétroliers, sommés de répercuter sur les tarifs affichés à la pompe toute baisse du cours du brut. Mais comme l'avait signalé le patron de Total, Christophe de Margerie, avec un brin de cynisme, "je me suis engagé vis-à-vis de Bercy à répercuter les prix du pétrole à la pompe"... à la baisse mais aussi à la hausse. "Sans provocation, le problème c'est qu'on va continuer à le faire et donc ça ne va pas faire plaisir." Depuis lors, les prix des carburants semblent donc bloqués à des niveaux stratosphériques, et si le gouvernement s'est engagé à passer au crible la façon dont les pétroliers répercutent à la pompe les variations du pétrole, rien ne change. Le fait que le ministre de l'Energie, Eric Besson, ait assuré s'être personnellement saisi du problème, n'a pas davantage contribué à alléger la note pour les vacanciers au moment de faire le plein Faute de convaincre les pétroliers de baisser leurs prix, le secrétaire d'Etat à la Consommation, Frédéric Lefebvre, veut convaincre les automobilistes de "faire jouer la concurrence" entre distributeurs. Il assure que des différences de prix jusqu'à 15 centimes d'euros, sur un seul litre de sans plomb, peuvent exister entre des stations-services distantes de quelques kilomètres. Et pour s'informer sur ces écarts de prix, un moyen : internet. Contrôles renforcés dans les stations Parmi les 12.500 stations-services en métropole, toutes celles commercialisant plus de 500 m3/an, tous carburants confondus, doivent afficher en temps réel leurs tarifs sur le site internet mis en place par le gouvernement. Ce qui représente 10.000 stations-services. Selon le secrétaire d'Etat à la Consommation, ce site, qui compte 600.000 utilisateurs réguliers, "est un moyen pour les automobilistes d'optimiser leurs arrêts de ravitaillement d'essence sur les routes des vacances". Et pour s'assurer que les prix disponibles en ligne sont le reflet fidèle, et actualisé en temps réel, des tarifs affichés en station, Frédéric Lefebvre a demandé à la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) de renforcer les contrôles des prix du carburant dans les stations-services, alors que se profile le grand chassé-croisé des vacances sur les routes ce week-end. Les gérants ont en effet l'obligation de modifier les tarifs affichés en ligne lors de chaque évolution des prix en station. Près de 6000 stations ont été contrôlées depuis janvier par les agents de la DGCCRF, qui ont dressé 72 procès-verbaux. Frédéric Lefebvre entend faire moderniser d'ici fin septembre ces outils d'information en améliorant l'ergonomie du site internet et la lecture des classements des stations les moins chères, afin de "mieux prendre en compte les évolutions des modes de consommation". Il souhaite notamment l'arrivée d'une fonction permettant de donner le prix le plus élevé, ainsi que le moins élevé, dans une région, un département ou une ville déterminés. Un audit est également mené concernant les applications donnant les prix des carburants sur les smartphones et reposant sur la géolocalisation. S'il se révèle concluant, l'Etat pourrait s'associer à l'une d'entre elles. Dans le cas contraire, une nouvelle application pourrait être réalisée

essense gazole prix augmentation gasoil Résultats recherche carburants France

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste