Alerte Enlèvement : Un enfant a été enlevé , nous avons besoin de vous

Alerte Enlèvement : Un enfant a été enlevé , nous avons besoin de vous

Un enfant a été enlevé , nous avons besoin de vous 116 000 http://www.116000enfantsdisparus.fr/index.php

Alerte Enlèvement a pour finalité de porter secours à un enfant victime d’un enlèvement en mobilisant des moyens exceptionnels en un minimum de temps. Ce dispositif s’inspire du système « Amber Alert » mis en place aux Etats-Unis en 1996 et au Québec en 2003. En France, à l’initiative de Nicole Guedj, secrétaire d’Etat au droit des victimes, le garde des Sceaux, Pascal Clément, a signé le 28 février 2006 une convention créant le plan « Alerte Enlèvement » avec une quarantaine de partenaires : le Ministre de l’Intérieur et de l’Aménagement du Territoire, le Ministère de la Défense, le Ministère des Transports, de l’Equipement, du Tourisme et de la Mer, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, les principales chaînes de télévision et stations de radio françaises, l’Agence France Presse, la SNCF et la RATP, les sociétés d’autoroutes, Et des partenaires associatifs comme 116 000 Enfants Disparus. En juin 2009, la diffusion de l’Alerte Enlèvement s’est étendue à l’espace internet. Alerte Enlèvement permet de diffuser auprès de la population, le plus rapidement possible sur l’ensemble du territoire métropolitain, des informations précises relatives à l’enlèvement d’un enfant afin de provoquer des témoignages susceptibles de favoriser sa libération. La population est ainsi associée aux recherches. Le déclenchement du plan est décidé par l’autorité judiciaire (le Procureur de la République sur le ressort duquel a été commis l’enlèvement, après consultation du Procureur Général et du Ministère de la Justice). C’est le Procureur qui élabore le message d’alerte. Les conditions de déclenchement Le plan Alerte Enlèvement n’est pas déclenché pour une simple disparition même inquiétante mais dans le cas d’un enlèvement avéré. Dans le cadre de la gestion des dossiers de fugues, certains parents nous demandent pourquoi ce plan n’est pas déclenché. Ce qui prouve que les conditions de mise en application ne sont pas forcément clairement connues par le grand public. Quatre critères cumulatifs sont requis pour déclencher le plan : La victime doit être mineure Il doit s’agir d’un enlèvement avéré (et non d’une simple disparition même inquiétante) La vie ou l’intégrité physique de la victime doit être en danger Le procureur doit être en possession d’informations dont la diffusion auprès de la population peut permettre de localiser l’enfant ou le ravisseur Chaque fois qu’il est possible, les parents doivent donner leur accord pour le déclenchement du plan. Seul l’intérêt de l’enfant dicte la décision de déclencher cette alerte. Même en présence de tous les critères, l’alerte ne sera pas déclenchée si elle risque de créer un danger supplémentaire pour l’enfant. Les modalités de diffusion Le message d’alerte est diffusé au niveau national aux partenaires selon les procédures techniques qui sont adaptées à chacun afin qu’ils réagissent immédiatement quel que soit le moment de l’enlèvement. Exemples : annonces sonores dans les gares et stations de métros, affichages lumineux sur les panneaux d’autoroutes, flashs radio, bandeau déroulant sur les chaînes de TV, internet … C’est le Procureur qui apprécie l’opportunité de saisir ou non l’ensemble des partenaires. Il peut y avoir une diffusion plus intensive au niveau local si nécessaire. Le contenu du message ne peut être modifié. Il est bref (pour être facilement exploitable par tout le monde) et accompagné d’une photo de l’enfant (quand c’est possible) ainsi que des circonstances de l’enlèvement. Un numéro vert est mis en place afin de recueillir les témoignages éventuels. L’alerte dure 3 heures, même si le mineur et le suspect n’ont pas été retrouvés. Le rôle du dispositif 116 000 Enfants Disparus Le 116 000 Enfants Disparus est destinataire du message d’alerte, qui est immédiatement diffusé sur son site internet. Pour conclure, les conditions sont très restrictives. La mise en œuvre est très lourde. L’utilisation de ce mécanisme doit rester exceptionnelle afin de maintenir son efficacité. Si les alertes se multiplient trop souvent, le public risque de ne plus se sentir mobilisé.

avis de recherche appel a témoin télé radio info disparu enfants jeune homme femme plan petit kidnapping kidnappés actualité

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste