News : Afghanistan : Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier libres

News : Afghanistan : Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier libres

Un an et demi jour pour jour après leur enlèvement en Afghanistan, les deux journalistes et leurs trois accompagnateurs afghans ont été libérés. "En bonne santé", ils seront en France "dans quelques heures", a annoncé François Fillon.
Tout un symbole. Alors que des rassemblements étaient encore organisés ce mercredi pour marquer les 18 mois de leur détention en Afghanistan, les journalistes de France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, ainsi que leurs trois accompagnateurs afghans, ont été libérés ce mercredi, au 547e jour de leur détention. Une annonce faite par France 3 et rapidement confirmée par le président de l'Assemblée nationale (qui avait alors usé du conditionnel), sous les applaudissements des députés tandis que le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé quittaient l'hémicycle, puis par l'Elysée. Leur détention aura été la plus longue pour des journalistes français depuis la crise des otages au Liban, dans les années 1980. Si l'on ignore encore les conditions de leur libération, le communiqué de l'Elysée affirme que "le chef de l'Etat remercie le président (afghan Hamid) Karzaï pour la gestion de cette crise ainsi que tous ceux qui ont participé à la libération des otages". "En bonne santé" François Fillon a pour sa part assuré qu'ils étaient "en bonne santé", annonçant devant les députés que les ex otages étaient "depuis quelques heures" déjà "entre les mains des forces françaises sur la base de Tagab" dans la vallée de Kapisa, au nord-est de Kaboul, là même où ils avaient été enlevés : "nous attendions pour l'annoncer que les familles aient été directement informées". Nicolas Sarkozy a ainsi téléphoné en personne à Béatrice, la compagne d'Hervé Ghesquière, pour lui annoncer la nouvelle alors même qu'elle participait au rassemblement parisien marquant les un an et demi de détention des deux hommes et de leurs accompagnateurs, selon Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Pour la suite, selon le Premier ministre, les journalistes seront "sur le sol français dans quelques heures". Ils pourraient ainsi arriver à Villacoublay dès jeudi matin 8h, selon une source proche du dossier. Le Premier ministre a également lancé un appel pour les autres otages français dans le monde (ils sont au nombre de 8, dont 5 enlèvements ont été revendiqués) : "nous allons oeuvrer avec la même détermination pour obtenir leur libération et j'en profite pour lancer un appel à ceux qui les détiennent". Les journalistes et leurs accompagnateurs avaient été enlevés le 29 décembre 2009 alors qu'ils réalisaient un reportage pour l'émission "Pièces à conviction" de France 3. Leur enlèvement avait été revendiqué par les talibans qui exigaient notamment la libération de plusieurs dizaines de prisonniers, détenus par l'Afghanistan mais aussi par les Etats-Unis, pour remettre en liberté les otages. La dernière preuve de vie connue des deux hommes, un enregistrement vidéo, datait de novembre 2010. Les autorités françaises avaient, à plusieurs reprises cru en une libération imminente, avant de voir leurs espoirs douchés, les négociations s'avérant complexes.

liberez liberté libérés accompagnateurs Premier ministre affaires étrangères alain Juppé quittaient l'hémicycle Elysée

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste