Eva Joly veut la suppression du défilé militaire du 14 juillet

Eva Joly veut suppression du défilé militaire du 14 juillet

La candidate à la présidentielle pour Europe-Ecologie-Les Verts propose de remplacer le défilé du 14 juillet, traditionnellement militaire, par un défilé citoyen. Eva Joly rêve de voir petits et grands "défiler dans le bonheur d'être ensemble".

La candidate d'Europe écologie-Les Verts (EELV) à la présidentielle, Eva Joly, s'est dit jeudi favorable à la suppression du défilé militaire du 14 juillet sur les Champs-Elysées, qu'elle a proposé de remplacer par un "défilé citoyen". "J'ai rêvé que nous puissions remplacer ce défilé (militaire) par un défilé citoyen où nous verrions les enfants des écoles, où nous verrions les étudiants, où nous verrions aussi les seniors défiler dans le bonheur d'être ensemble, de fêter les valeurs qui nous réunissent", a déclaré Eva Joly en marge d'un rassemblement pour les valeurs de la République.  Un défilé du 14 juillet sous le signe du recueillement Alors que le défilé se déroule en ce moment sur les Champs-Elysées, la mort de cinq soldats français en Afghanistan pèse sur les cérémonies de la Fête nationale. Des blessés en opération et leurs familles ont pris place dans la tribune officielle, au côté des membres du gouvernement. Publié le 14/07/2011 Plus d'infos L'ex-magistrate, qui ne s'est pas exprimée lors de cette réunion regroupant associations syndicales, politiques et de Résistants pour "éviter les soupçons de partialité", réagissait au passage, place de la Bastille, d'une colonne de chars et de véhicules blindés de l'armée qui venaient de défiler. Pour elle, "il y a une antinomie" entre le passage de chars sur cette place et les discours qu'y ont prononcé jeudi les anciens Résistants. "Ce n'est pas des valeurs que nous portons (...). Je pense que le temps est venu de supprimer les défilés militaires du 14 juillet parce que ça correspond à une autre période", a-t-elle estimé en fustigeant "cette France guerrière".

président candidate présidentielle 14 défilé juillet ensemble suprimé europe Champs Elysées etudiants republique

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

hugues vessemont
  • 1. hugues vessemont (site web) | 18/07/2011

Beau thème qui met la droite et les jacobins en délicatesse avec l'idéal démocratique. Le PS est un peu trop mi-chèvre mi choux sur ce coup là...Pas mal pour une escarmouche estivale.

tiptop
  • 2. tiptop | 18/07/2011

Ceux qui critiquent Eva Joly ont raison sur au moins un point : le défilé militaire est une vieille tradition française et de fait, la candidate écologiste s’attaque à certaines « valeurs françaises» que ses détracteurs oublient d’expliciter. Cela semble aller de soi pour eux. Pourtant un petit éclairage historique ne ferait pas de mal à tous et permettrait d’éclairer le fond de l’affaire qui dépasse largement les petits jeux politiciens puisque au fond on toucherait à l’identité même de la France si l’on en juge par les réactions. Si l’on croise cette histoire avec le parcours d’Eva Joly, les choses deviennent limpides il me semble. Derrière la polémique, se cache un point aveugle de notre histoire : la politique africaine de la France à travers un de ses instruments privilégiés, l’armée.
Le premier défilé militaire a lieu le 14 juillet 1880 dans un contexte de propagande ethno-nationaliste suite à la défaite de Sedan. Cette année -là, Savorgnan de Brazza fonde Brazzaville et l’année suivante, toujours au Congo, le traité Makoko déclenche une fièvre nationaliste suivi d’une succession de surenchères de la part des nations impérialistes qui mèneront au « big scramble for africa » et à la conférence de Berlin. L’acte de naissance du défilé est doublement lié à la constitution de la « plus grande France » donc de l’empire colonial et à l’antagonisme franco-allemand. L’organisation de l’armée de la troisième république en sera profondément affectée.
Les comptes avec l’Allemagne étant soldés et l’armée ayant été professionnalisée, une question reste entière : est-on aujourd’hui sorti de cette tradition coloniale? Chaque année la composition multiethnique des troupes exposées renvoie à cette page histoire qui est censée avoir été clôturé avec l’accession aux indépendances. La présence des Dom toms , reliquats de l’empire, est parfaitement justifié puisque ces territoires sont pleinement intégrés à la France. Mais que dire de la présence de troupes issues des anciennes colonies comme en 2010 lors du cinquantenaire des indépendances ? Pourquoi faire défiler ces troupes sur le sol de l’ancienne nation colonisatrice ? N’est-ce pas en totale contradiction avec l’idée même d’indépendance ? D’autre part, il faut faire le constat que durant ces cinquante dernières années le terrain d’action des troupes françaises est restée principalement l’Afrique et plus particulièrement le territoire des anciennes colonies. Algérie, Cameroun, Mauritanie, Biafra, Congo, Rwanda, Tchad, Côte d’Ivoire, et j’en passe, quel est le pays africain francophone qui ait pu s’affranchir des accords de coopération militaire ou échapper aux interventions militaire Françaises quelles soient officieuses ou parfaitement légales ?
Si l’on accepte l’idée, aujourd’hui solidement étayée par de nombreux observateurs et historiens, que la France n’est partie de l’Afrique que pour mieux y rester et que l’armée Française est un maillon essentiel du dispositif en place, ces questions trouveront réponse. En toute bonne logique, le défilé du 14 juillet reflète cette présence en Afrique que ce soit dans la composition de l’armée ou dans les missions qui lui ont été affectées. Il faut comprendre aussi que les armées des ex colonies continuent de constituer une « annexe » de l’armée française dans la mesure où elles ont été crées par elle (organisation, équipement, encadrement, instruction) et que beaucoup d’entre elles sont liés à la France par des accords de coopération. Certes l’impérialisme militaire à céder le pas à l’impérialisme économique mais pas totalement, le « coup de pouce » à Alexandre Ouattara en côte d’Ivoire le prouve amplement.
Bref le défilé militaire du 14 juillet renvoie en permanence à cette histoire impérialiste que la propagande officielle sur les missions vertueuses de l’armée Française ne peut masquer. Eva Joly, plus que tout autre, est la mieux à même de le comprendre. Son implication dans le dossier ELF, arrière cuisine de cette Françafrique, sa lutte actuelle contre la grande corruption, les paradis fiscaux, les pratiques de prédation et de pillage menés par les multinationales et les actuels dirigeants africains ne lui font peut-être voir dans l’armée française que le bras armée d’un néocolonialisme qui n’en finit pas de renaître de ces cendres. C’est très réducteur certes, mais à y regarder de plus près, elle met le doigt sur la partie gangrénée de la Vème république. Elle rompt avec les discours patriotiques creux et incantatoires entonnée à droite comme à gauche. En cela, elle doit être remerciée.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

BLED nouvelle marque de prêt-à-porter

Bled site officiel des journaliste